Suivez-nous sur:

Quand les philosophes du CMR fêtent Saint Thomas D’Aquin !

DSCN0283[1]

Vers six heures du matin, ce 26 Janvier, déjà la cour de l’école bouillonne d’activités grâce à la présence massive des élèves de philo apportant une beauté hors pair, tout fiers du nom de leur promotion : IES (INVICTUS EMBLEMA, SPIRITUS). Ils débutent les préparatifs pour accueillir les autres élèves qui sont en stupéfaction à la vue de la couleur du T-shirt de la promotion.

Au son de la cloche, les élèves se réunissent pour le mot du jour comme à l’ordinaire. Deux garçons de la philo procèdent à la montée du drapeau, puis la présentation sur la vie de Saint Thomas d’Aquin sous forme de théâtre par les élèves de la philo (comportant rire e leçon de morale). En effet, la présentatrice malgré la réticence de la génération d’aujourd’hui qui a une tendance très faible pour la réflexion, a essayé de parler de Thomas en ces termes :

DSCN0284[1]1) La philosophie de Thomas d’Aquin : entre Dieu et la raison

Thomas d’Aquin s’est efforcé d’accorder la foi et la raison : la première apporte les vérités inaccessibles à la raison, que cette dernière est en mesure de conforter, sans toutefois les démontrer.

2) Thomas D’Aquin et la métaphysique :

Le philosophe chrétien tente d’unifier les thèmes chrétiens et les concepts de l’aristotélisme. Il distingue ainsi la matière, c’est-à-dire les diverses puissances ou potentialités, non encore actualisées, et la forme, ce qui, dans l’objet, organise la matière et lui confère sa véritable essence et son existence : c’est grâce à la forme que la matière de chaque chose est acheminée vers son existence propre. Néanmoins, Saint Thomas dépasse le plan purement aristotélicien et il pose l’existence, acte en vertu duquel une réalité est. En Dieu, l’existence et l’essence se confondent (“Je suis celui qui suis”, déclare l’Eternel dans la Bible); au contraire, essence et existence se distinguent dans les diverses substances particulières, l’homme notamment.

3) Thomas D’Aquin et la morale :

Sa morale est également très proche de celle d’Aristote : ses considérations sur la justice aboutissent à distinguer justice distributive (celle qui répartit les honneurs et les richesses selon les qualités de chacun) et justice commutative (celle qui règle les échanges économiques selon le principe de l’égalité de proportion).

Au sommet de l’éthique thomiste se place la figure du Sage : il désigne celui dont l’attention est tournée vers la cause suprême de l’Univers, à savoir Dieu. Ainsi la sagesse représente-t-elle la connaissance des réalités divines. L’ultime bonheur de l’homme consiste à contempler le divin et la vérité : la contemplation du vrai est notre but ultime et nous élève à Dieu. Ainsi, cette promotion décide de s’engager.

Cette première partie de la journée a été clôturée par l’hymne de la promotion.

Après la récréation du troisième cycle, les élèves de la philo sont venus présenter leur hymne à ceux du 3ème cycle en véhiculant des messages forts comme « il ne faut jamais baisser les bras, on est fort que quand on est ensemble, rien ne peut briser les liens de l’amitié ».

Ce fut par des séances de photo, des chants, des danses et par le grand nettoyage de l’école que cette belle journée, qui paraissait être un rêve, fut achevée.

Promo I. E. S.